STAFFIENS

 
COUP DE COEUR
STARS

Partagez | 
 

 Sayuri G. Hesediel - Médecin Scolaire (Terminée ! )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Personnage : http://img11.hostingpics.net/pics/852277Base.png

Onmimi : 62
Messages : 21
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar

Vade Retro Yaseius
Sayuri G. Hesediel

MessageSujet: Sayuri G. Hesediel - Médecin Scolaire (Terminée ! )    Mar 22 Nov - 11:44

Sayuri Gôto Hesediel
ft. Yui Kotegawa de "To Love Ru"

36 ans ♣ Féminin ♣ 1m65
60 kilos ♣ Hétéro
Membre du Personnel - Médécin Scolaire

Sayuri Gotô n’est pas très grande, mais pas petite, elle mesure aux alentours d’1m65, ce qui en soit est une taille plutôt correcte contenue de ses origines japonaises. Son père est par contre anglais, elle a pris de lui ses grands yeux en amandes d’un joli noisette, le galbe haut de ses jambes longilignes et son teint de peau très clair, d’une ravissante couleur crème. Ses longs cheveux plombant et noirs viennent en revanche du côté maternel, ainsi que son nez fin et son visage de poupée. Elle a des lèvres délicatement rosées et une poitrine forte qui donnent à son corps une silhouette désirable, mais une apparence un peu pin-up qu‘elle regrette. Elle a participé à beaucoup d’entraînements en combat quand elle était plus jeune, ceux-ci lui ont permis de se forger une très bonne musculature et une sacrée tonicité. Alliée à sa grâce naturelle et son charme, Sayuri peut être aisément qualifié de belle femme. La rondeur de ses seins et de ses fesses -qui forment des courbes pulpeuses- lui donnent une certaine maturité et l’attention de pas mal d'hommes portés sur l’ecchi ou le sexe. Elle se demande souvent d'ailleurs si Tsukasa ne lui préférerait pas une femme juvénile, mince et douce. Ainsi, elle envie beaucoup ses collègues à la taille de guêpe, plus menues, et à qui elle aurait voulu ressembler. Elle ne se fait pas vraiment confiance, même si, en raison de l’origine noble de son clan, il lui arrive de s’obliger à se montrer sous un jour plus sophistiqué. En soit, l’uniforme d'infirmière lui colle à la peau et beaucoup seraient prêt à lui dire qu’elle n’a rien à se reprocher, mais Sayuri n’est pas prête à l’entendre et ne demande rien à ce sujet de toute façon.


Je suis :

Femme sérieuse et mature. Ce sont les deux premiers mots dont on complimente toujours Mme Hesediel. Les mots hypocrites pleuvent souvent, mais ces deux qualités lui sont toujours prêtées avec sincérité. De part nature, Sayuri est fière ce qu’elle affiche avec ardeur dans son travail. C’est un individu accompli tant dans sa vie conjugale que financière. Cependant, bien que Sayuri soit une remarquable chirurgienne, elle a du mal à obtenir la reconnaissance du clan dont elle a hérité. En dépit de sa bonne volonté, la jeune fille à la mauvaise habitude de s’oublier le matin, ce qui lui vaut les foudres de son mari et patron régulièrement. Elle n’est pas une lève-tôt, encore moins une couche tard. C’est plutôt une inconditionnelle adepte de la sieste et il n’est pas rare qu’elle utilise ses pauses à l’infirmerie de l'établissement pour profiter de quelques heures de sommeil en plus.

Cela ne l’empêche pas d'être sportive car, en dépit de ses apparences posées, l'exorciste est une vraie tornade. Elle met un point d’honneur à ne pas se faire marcher sur les pieds et elle défend avec une émotivité brûlante les liens du sang et de l‘amitié. Sommes-toutes, un bon chien de garde. Sayuri est aussi restée une adorable jeune fille qui cache une timidité importante sous une couche épaisse d’effronterie. Néanmoins, une fois qu’on connait les bons boutons, ce n’est pas compliqué de faire perdre tous ses moyens à la brune. Ses joues à croquer se teintent alors d’un pourpre indécent et elle se met à bégayer. Sayuri n’est pas à l’aise quant à ses sentiments et a du mal à se gérer émotionnellement, notamment lorsqu’on la drague. Nombreux sont les hommes qui lui ont fait comprendre souhaiter un « one night stand » avec elle, ce qui ne l’empêche pas d’être prise au dépourvue à chaque invitation. Ces assauts répétés lui ont donné une mauvaise image de son corps. Elle en cache donc les courbes tant que mal, peu ravie à l’idée d’être prise pour une femme qui trompe son mari en raison de sa gentillesse ou l’opulence de sa poitrine.

Si elle sait dire non, la dame reste une bonne pâte et ce n’est pas difficile d’obtenir d’elle des petits services. C’est-ce qui fait que Sayuri se retrouve souvent à nettoyer une ou deux salles de classes à la place des élèves désignés pour accomplir la corvée. Elle est un peu naïve sur les bords et croit facilement ce qu‘on lui raconte. Une proie idéale pour les manipulateurs. Toutefois, attention, elle tape fort et n’a pas froid aux yeux. Serviable et ingénue, ne veut pas dire trop bonne poire. Sayuri connait par cœur tous les codes de la politesse ce qui ne l’empêche pas d’avoir la langue bien pendue et la main vive, une vraie tête-brûlée. Tant qu’il ne s’agit pas d’elle, Sayuri n’a aucun mal à se montrer incisive quant aux petits pervers sans tact de Shibasaki.

La magicienne reste malgré tout un être d’une douceur incroyable envers ses proches. C’est également une bonne confidente. Elle reçoit toujours beaucoup de chocolats à la saint valentin au grand déplaisir de son époux.

Pouvoir
Le pouvoir de Sayuri est une forme de Kenjutsu qui passe par la force extrême et la capacité à concentrer son énergie exorciste très rapidement dans tout son corps pour se rendre très dur ou bien très puissante. Cela permet à Sayuri de briser quelques côtes (et quelques murs) à un démon sans trop poser de soucis ! Autant dire qu'elle n'y va pas de mains mortes quand elle se bat et d'ailleurs, elle s'est entraînée à supporter des charges très lourdes ! Ainsi, sa lanche de combat, pèse bien une petite centaine de kilos. Le gros soucis de ce don c'est qu'il exige un combat rapproché et ne marche pas lorsque son adversaire se protège à l'aide de la magie élémentaire. De plus, Sayuri ne peut pas détruire que ce qui est affecté par de la magie démoniaque ! Si elle enfonce son poing dans un immeuble qui n'est pas "pollué" par de l'énergie "démoniaque", elle se fera juste mal !
Histoire
Sayuri est une bâtarde, c’est le terme qu’on donne aux enfants nés hors-mariages, dans les grandes familles nobles. Sa mère a été l’amante d’un riche comte anglais pendant plusieurs années. Elle est née de leurs nombreuses nuits passionnées, passées dans un hôtel de luxe de Tokyo où sa génitrice travaillait en tant que femme de chambre. De son père, la jeune fille ne connut donc que peu de choses jusqu’à ses huit ans. Il était grand, blond et ne se souciait pas beaucoup d’elle. Il venait essentiellement rendre visite à sa génitrice, Akiko Gotô, qui, très éprise de l’européen se languissait toujours de ses visites, au point d’en délaisser parfois sa tendre petite fille. Les premières années de sa vie, ne furent pas faciles. Sa douce maman peinait à combler leurs besoins. Elle privilégiait la nourriture au logement et il y eut dés fois, où Sayuri connut les nuits froides des hivers. Sa mère le cachait toujours, par crainte qu’on ne l’enlève à ses soins. Heureusement, les mains salvatrices étaient nombreuses, parfois corporellement payantes, à la honte de sa protectrice, mais à l’ignorance de Sayuri. Elle put suivre le début d’une primaire ainsi à peu près normale, si ce n’est ses habits rapiécés et le gîte qui venait à manquait de temps à autre. Elles retrouvaient cependant, vite. On n’abandonnait pas une femme et un enfant. La petite fille s’était souvent demandée à l’époque, pourquoi son père n’intervenait jamais. Ce qu’il faisait, ce qui l’empêchait de venir les chercher et les délivrer de la misère, d’aussi loin qu’il était dans son pays d’origine, l’Angleterre. Ces attentes furent récompensées à l’approche de ses dix ans. Il arriva un beau jour une grande valise à la main. Elle ne savait pas comment il avait fait, ce qu’il s’était passé. Il parla beaucoup. Elle ne comprit pourtant pas grand-chose. Il les voulait désormais à ses côtés, car sa femme venait de mourir. Il était veuf, il avait besoin d’une épouse. Il aimait Akiko. Pour elles deux, ce fut un instant de pur bonheur, un moment de grâce. Pour son demi-frère, qu’elle rencontra quelques mois plus tard, le début d’une haine sans borne. Ed, comme la petite brune le surnomma, lui plût à elle. Elle n’avait pas de frère, pas d’amis. Elle venait d’arriver, ne parlait pas un mot de la langue locale. Il fut naturel qu’elle se raccrocha au garçon. Néanmoins, cette affection n’était guère réciproque. Aux yeux du jeune, elle et Akiko n’avaient rien à faire ici. Il venait de perdre sa propre mère, il n’en voulait pas d’une autre, surtout d’une maîtresse. Quant à Sayuri, elle représentait tout ce qu’il détestait, idiote et bruyante, le genre qui ne savait rien de rien. Et, c’est vrai qu’elle ne savait pas. Elle dut apprendre, tout. Manger avec une cuillère en argent signifiait s’en montrer digne. On exigea qu’elle connaisse les codes de l’étiquette en haute société, qu’elle sache rapidement parler un anglais parfait et noble. Il lui fallut aussi maîtriser l’art des danses de salon telle que la valse. Lorsque se manifesta son don d'exorcisme vint ensuite les combats au corps à corps. Leur père se chargeait personnellement de les entraîner tout deux. On aurait pu croire que son statut de ‘’Lady’’ l’aurait dispensé des exercices sportifs, mais le chef de famille ne voyait pas les choses de cette manière. Dans le monde d’aujourd’hui mieux valait savoir se défendre, surtout quand on était des exorcistes héritiers d’une famille renommée. Bien que Sayuri fasse de son mieux, elle avait du mal à suivre la cadence. A l’âge de 15 ans, il fut décidé qu’on l’enverrait poursuivre ses études à Tokyo, alors qu’Ed’ continuerait à recevoir des cours privés. On l’inscrivit sous le nom d’Akiko de manière à ce qu’elle se sente davantage à l’aise, de retour dans son pays natal, au Japon. Sayuri s’adapta vite à l’ambiance terriblement chaleureuse de l’école, loin de l’atmosphère rigide et austère de sa propre demeure. C'est également ici qu'elle fut la rencontre providentielle de celui qui deviendrait l'homme de sa vie et le père de ses enfants Tsukasa Hesediel...
(Cette histoire s'arrête volontairement ici, puisque les personnages vont être joués en flash-back.)

Mon Esprit :

Kerobéros est une chatte et une vraie chipie ! Elle n'aime rien de plus que faire tourner Sayuri en bourrique ! Ca tombe bien parce que c'est une vraie polissonne qui n'est jamais sérieuse. La pauvre exorciste se demande même comment cette grande gamine a fini gardinne !


Et toi derrière l'écran ?
Pseudo : Ino o/
Commentaire Perso : Euuuuh, Fondada ?
Un petit secret sur toi : Femme de Tsu ! : D
Revenir en haut Aller en bas

Personnage : http://img11.hostingpics.net/pics/852277Base.png

Onmimi : 5
Messages : 93
Date d'inscription : 01/10/2016
avatar

Où est Charlie ?
Natsuki Kyuurem Inukaï

MessageSujet: Re: Sayuri G. Hesediel - Médecin Scolaire (Terminée ! )    Mar 22 Nov - 22:12

Etait-ce vraiment un secret ça ? XD

Evidement, je n'ai rien à redire à la fiche hein à part que Love love ♥♥♥ Ma Sayuri quoi ♥_ ♥

Je te passe les formalités hein, tu les connais, tu sais la démarche à suivre, recensement, carnet tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://forumpriveth.forumjap.com
 

Sayuri G. Hesediel - Médecin Scolaire (Terminée ! )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Programme national de cantine scolaire...
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations Validées-